Interview Mouna Gerchi aka Anoum

Interview Mouna Gerchi aka Anoum

Mouna Gerchi, alias Anoum, expose pour la première fois à Marseille, dans la galerie Sebastopol le 15 Mars prochain. La photographe Franco-tunisienne, livre sa vision du corps féminin autour d’une thématique commune, partagée avec six autres artistes.

Quelle est la genèse de votre collaboration?

On ne se connaissait pas du tout, c’était plus un concours de circonstances…une amie m’avait parlé de cette galerie et du projet qu’ils avaient de mettre en avant des jeunes photographes, jeune ou moins jeunes en fait, mais pas très connus, et de les promouvoir en quelque sorte. Il y’a eu une présélection, on était un peu plus qu’un dizaine, et j’ai été sélectionné dans le lot. La thématique globale tourne beaucoup autour du corps.

Pour cette exposition avez-vous utilisé des photos préexistantes ou en avez vous prise des nouvelles?

Pour l’expo, c’est mes tous premiers travaux, et c’est un travail qui est tres particulier parce que ce n’est pas de la photo. Ces photos, je les retravaillais après comme un style de peinture, et c’est des impressions qui sont faites non pas sur papier photo mais sur de l’acier brosé, du dibond, et du Plexiglas. Donc c’est un travail tres particulier, et je serai la seule à présenter ce type de travaux.

Vos travaux coïncidaient donc avec la thème de l’expo et les oeuvres des autres artistes?

On a regardé un peu toutes nos photos, nos travaux ,et on a trouvé une ligne de conduite… on travaille pas mal sur le mouvement et l’expression du corps en majorité. Après, on a chacun nos sensibilités, nos thèmes de prédilection. Pour cette exposition là, je voulais exprimer la solitude féminine dans la sensualité et la sexualité.

Vous avez vécu dans deux grandes villes culturelles, Lyon et Paris, pourquoi être revenu à Marseille?

J’ai un parcours assez particulier avec cette ville où j’ai grandi, la transition culturelle, j l’ai suivie de A à Z parce que je revenais quand même très régulièrement. J’ai toujours eu cette idee en tete de revenir un jour mais je ne sentais pas la ville prête à m’accueillir. En tous cas dans cette transition il fallait que je trouve une ville qui soit à l’hauteur de Paris culturellement, je commençais à voir que l’énergie était la… qu’il y’avait pas mal de gens qui venaient d’ailleurs et ça c’est super intéressant à voir.

Le mélange de culture, est-il propre à Marseille? Pensez-vous qu’on le voit plus à Marseille qu’ailleurs?

Non au contraire, je l’ai ressenti un peu plus fort a Paris. On reste un peu trop communautaire ici à Marseille. On se mélange plus à Paris, ça commence à bouger un peu plus à ce niveau là ici, mais lentement. Il y a beaucoup de nationalité, mais les gens ne se mélangent pas assez à mon sens.

Existe-t-il des avantages travailler à Marseille en tant qu’artiste ?

Je ne peux pas répondre à cette question pour le moment parce que c’est tous frais pour moi… Mais je ne pense pas que ce soit super simple à Marseille, j’ai l’impression qu’il y a une espèce de mentalité de copinage, où il faut connaitre un peu Pierre, Paul et Jacques , être un peu dans les bons papiers de certains…

C’était différent à paris ?

Je sais pas si j’aurais eu plus de chance la bas. j’en ai aucune idée… je n’ai pas assez de recul. Disons qu’à paris je créais sans me projeter. Je n’avais pas l’idée de faire des expos, c’était plus un exutoire pour moi, je ne faisais ça que pour moi en fin de compte.

Est-que cela est votre première véritable exposition du coup?

J’en ai fait une à Marseille auparavant; C’était pas vraiment une expo mais plutôt une soirée où je faisais une projection d’image avec deux DJ . C’était de la projection d’images sur les murs, mes photos passaient en boucle durant la soirée. J’en ai fait une autre aussi à Montpellier, là c’est ma troisième, mais pour la première fois dans une galerie. Donc oui, en un sens c’est ma première exposition.

 

Vernissage Corps Expressif                                                                                               du 15 mars au 15 avril 2017- Galerie Sébastopol

More about Mimi

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *